Les Champignons

Comme les plantes ont besoin de lumière, les champignons des bois d'œuvrés ont besoin d'eau et d'humidité pour apparaître et prospérer. Mais à la différence des insectes xylophages, ils sont plus faciles à détecter car ils se développent à la surface du bois.

Leur seule présence révèle des désordres hygrométriques dans l'ouvrage, qu'il est nécessaire de corriger avant tout traitement. De plus, les champignons prédigèrent le bois et favorisent ainsi les attaques ultérieures des termites et des vrillettes, grosses ou petites.

Le champignon de pourriture le plus fréquent :

Le Mérule Serpula lacrimans, plus connu sous le nom de mérule ou champignon des maisons, est constitué d'un mycélium de filaments très fins, qui parcourt toute la masse du bois attaqué, en perforant les parois des cellules. En surface, il forme des paquets d'ouate ou des cordonnets rhizomorphes bruns ou gris ramifiés, qui peuvent s'insinuer dans les joints de maçonnerie pour aller chercher l'eau nécessaire à la survie du champignon. Aucune essence de bois ne résiste à la mérule : ce champignon détruit le bois par hydrolyse de la cellulose.

Résultat : Le bois se transforme en une substance cassante et sèche, une pourriture cubique qui anéantit toutes les propriétés mécaniques du bois.

Les autres formes de pourriture :

On observe d'autres formes de pourriture cubique sur le bois, provoquées par d'autres espèces de champignons.

Exemple : Sporia spez, qui attaque surtout les bois résineux. Le mycélium présente une couleur blanc neige, comme ses fructifications qui jaunissent cependant avec le temps. Il existe également une pourriture dite " molle ", due aux champignons ascomycètes. Lorsqu'ils sont en contact répété avec de l'eau ou de la condensation, les bois résineux ou feuillus sont attaqués et prennent alors une teinte verte et leur consistance devient molle et spongieuse.